Kalaw et Pindawa

Nous arrivons à Kalaw après sept heures de bus. Notre objectif, à part de couper le chemin jusqu’au lac Inle, est d’aller à la rencontre des éléphants.
Voir des éléphants de près est une expérience incontournable en Asie du sud-est. Ce moment est très attendu par les enfants. En revanche, nous voulions le faire dans des conditions acceptables, c’est à dire sans maltraitance. En effet, la pression touristique et économique amène très souvent les exploitants à maltraiter leurs animaux pour les domestiquer. Près de Kalaw, il y a le Green Hill Elephant camp. Ce centre accueille sept éléphants à la retraite et les accompagne jusqu’à leur fin de vie. Ils sont nourris et lavés au camp par des touristes dont la contribution financière permet de faire vivre le camp.
Chaque éléphant est accompagné en permanence par son mazout, en charge de sa santé et d’assurer la sécurité des personnes qui l’approchent. C’est une relation unique et très complice. Chaque mahout a sa propre maison sur le camp pour rester au plus proche de son éléphant. Le soir, l’éléphant retrouve une liberté totale et part se promener dans la forêt. Le matin, son mahout part à sa recherche, dans un rayon de 4 à 5 kms et le ramène ensuite au camp pour les soins, les repas et les bains.
Les enfants étaient surexcités à l’idée de cette journée. Gaspard s’est même réveillé dés 6 heures du matin !
Mais lorsque nous sommes en face des ces énormes pachydermes, nous n’en menons pas large lorsqu’il faut commencer à les nourrir. Pour nous, les premiers contacts sont très impressionnants et intimidants. Petit à petit, nous prenons confiance et le plaisir prend le pas sur l’appréhension.
Vient ensuite le moment de la baignade. Nous accompagnons ‘notre’ éléphant jusqu’à la rivière. La-bas, nous le nettoyons, le rafraîchissons. Nous sommes au plus près de l’animal qui se laisse faire et semble prendre du plaisir à cet baignades quotidiennes. Nous continuerons à nous occuper de tous les éléphants jusqu’à la fin de la journée. Nous avons la conviction de vivre des moments inoubliables et nous en profitons à fond.
Le lendemain, nous partons pour Pindaya. Le paysage est sublime. Nous traversons des cultures maraichères et ces scènes de vie agricole d’un ancien temps laissent sans voix. Comme souvent ici, les kilomètres sont peu nombreux mais le temps pour les parcourir est infini… A Pindaya, nous entrons dans le grotte aux 8000 bouddhas. Les enfants transforment cette visite en un gigantesque cache-cache. C’est une cure de bouddhas que nous faisons dans ce pays. Cette grotte en est l’apothéose !
Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s