Yangon

Après une petite frayeur à l’aéroport de Bangkok due au passeport d’Armance légèrement déchiré par un douanier néozélandais, nous avons finalement l’autorisation de monter dans l’avion pour Yangon. Une heure d’avion plus tard et une demi heure de décalage en moins, nous sommes confrontés à un pays de toute évidence bien différent de tous ceux visités jusque là. A chaque fois, nous nous en faisons la remarque : ce que nous voyons et vivons est toujours différent de ce à quoi nous nous attendions.
Ce qui frappe tout de suite c’est le sourire présent sur chacun des visages dont nous croisons le regard ; un vrai sourire, franc et bienveillant. Et puis nous avons également l’impression de faire un bond dans un temps, un temps où l’ère moderne n’est pas encore vraiment arrivée : presque tous les hommes et femmes sont habillés en habits traditionnels (on croise tout de même quelques jeans mais pas beaucoup), les hommes (surtout) mâchent le bétel dont ils recrachent le liquide rougeâtre partout dès que le besoin s’en fait sentir et les femmes et les enfants (surtout) ont le visage couvert de thanaka (pâte jaunâtre, secret de beauté birman). Bref, nous sommes sur une autre planète, bien loin des plages touristiques thaïlandaises.
Ce qui frappe ensuite, c’est que nous nous sentons très bien immédiatement. Et pour cela, pas de secret, la gentillesse et l’accueil exceptionnel des birmans y sont pour quelque chose.
Enfin, il est évident rapidement que ce voyage en terres birmanes sera emprunt d’une grande spiritualité, en témoignent les nombreuses pagodes et stupas visibles ici où là. Et visiter un temple bouddhiste n’est pas ennuyeux du tout : en dehors de la beauté des lieux (souvent) et de ses bouddhas petits, grands, couchés, assis, etc… la vie qui s’y déroule est un véritable spectacle. Et il semble que les enfants soient un véritable spectacle pour les birmans.
Nous restons trois jours. Le temps de nous acclimater, de visiter la grande et magnifique pagode de Shewgaton, les grands bouddha couchés et assis, de visiter un vieux monastère et aussi le centre ville, sa stupa et ses rues commerçantes.
Et cerise sur le gâteau, nous rencontrons une famille de Marseille et leurs 4 garçons avec qui nous passons l’après-midi. Et ces moments de partage avec des enfants français n’ont pas de prix pour Gaspard et Armance….
Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s